Témoignage de Stéphanie Thériault – Boursière France-Acadie 2015

Avant le grand départ…

Pour la première fois, j’allais quitter ma maison, ma ville, ma province et mon pays pour une durée de quatre mois. Cette période me semblait immense, et j’avoue que l’inconnu me terrifiait. En effet, j’ignorais si j’allais bien m’intégrer, me faire des amis, être capable de gérer l’adaptation et les études ? D’un autre côté, j’avais tellement hâte de découvrir la culture, les gens, la langue, les endroits, les paysages et la terre de mes ancêtres qui se retrouvaient à l’autre bout de l’océan. Les responsables de mon dossier de la bourse France-Acadie m’ont beaucoup rassurée en m’expliquant comment le tout allait se dérouler. Je me suis sentie bien encadrée et ils m’ont toujours dit que je pouvais les rejoindre par courriel ou par téléphone à n’importe quel moment. Leur soutien m’encourageait déjà beaucoup.

À mon arrivée et tout au long de mon voyage…

À mon arrivée en France, j’ai rencontré plusieurs gens d’une grande gentillesse et d’une belle générosité. On m’a tout de suite accueillie à bras ouverts et on m’a amené jusqu’à mon logement. Les autres préparatifs se sont mis en place tout au long du premier mois. Je n’ai pas hésité à envoyer plusieurs courriels aux employés de la bourse France-Acadie car leurs réponses étaient toujours rapides, efficaces et compréhensives. Je sentais qu’ils étaient avec moi, dans cette expérience.

Je me suis créé plusieurs liens d’amitié tout au long du semestre et j’ai eu la chance de visiter plusieurs endroits de la France et d’autres pays de l’Europe. Je me retrouvais immergée dans la langue française, si riche que je n’en croyais pas mes oreilles. On s’est beaucoup intéressé à ma culture canadienne et acadienne, et c’est pourquoi les échanges culturels entre les étudiants et moi étaient très enrichissants. J’étais en quelque sorte une ambassadrice de ma province et de mon université et j’en étais très fière. Mon vocabulaire s’est définitivement enrichi et mon amour pour ma langue française n’a jamais été aussi fort.

De retour au Canada …

Avec l’aide de l’équipe du consulat de France à Moncton, je suis retournée au Canada sans problème. Je ne me suis jamais sentie seule à travers cette expérience. Leur support continu a grandement diminué le stress qui m’habitait et c’est surtout grâce à leur encadrement que j’ai su apprécier et profiter de mon semestre à l’étranger.

Aujourd’hui je suis une personne transformée, et ce, dans tous les sens. Mes priorités ont changé, mon ouverture d’esprit s’est développée et je possède maintenant un plus haut degré d’autonomie et d’indépendance. J’ai toujours fortement l’envie d’enseignant le français dans les écoles secondaires francophones de notre région en milieu minoritaire ici au Sud-Est du Nouveau-Brunswick. Lors de mon séjour en France, je ne me suis pas forcée d’adopter l’accent français qui ne m’appartenait pas, je parlais toujours acadien. C’est là où j’ai réalisé que l’on pouvait à la fois pratiquer un vocabulaire riche, mais qui nous ressemble. J’avoue avoir été victime de l’insécurité linguistique dans mon milieu minoritaire, car il y avait toujours un dilemme chez moi : « Est-ce que je choisis ma langue, ou ma culture ? ». Ce séjour en France m’a permis de comprendre que l’on peut combiner les deux sans faire de compromis. J’ai hâte de partager cette découverte auprès de mes futurs élèves.

Ce voyage s’est dévoilé la plus belle expérience de ma vie jusqu’à maintenant. Je suis très fière d’avoir surmonté mes peurs avant le voyage, car cette aventure et tout ce qu’elle m’a apporté sont des cadeaux d’une rareté exceptionnelle. En ayant le support de l’équipe de la bourse France-Acadie, un gout de l’aventure, une curiosité culturelle, un sens de l’organisation et une bonne ouverture d’esprit, on ne peut faire qu’apprécier cette expérience. Je m’en souviendrai pour toujours.

Stéphanie Thériault
Étudiante en éducation secondaire à l’Université de Moncton

Dernière modification : 21/02/2017

Haut de page